"En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux." Chateaubriand

jeudi 17 juin 2010

La FIFA défend son pognon

36 supportrices de l'équipe des Pays-Bas ont été arrêtées au cours du match Pays-Bas - Danemark qui s'est déroulé lundi. Motif : leur tenue vestimentaire. Le caractère aguichant de ces dernières n'est pas en cause, mais plutôt leur couleur et leur provenance. En effet, de couleur orange, la couleur nationale, ces mini-robes ont été fournies par le fabriquant de bière néerlandais Bavaria. Ce qui est un crime de lèse-majesté. Car même en absence de logo visible de la marque, la FIFA soupçonne une forme de publicité hautement prohibée dans la mesure où le brasseur officiel de la FIFA, entendez par là celui qui file les pépettes à la FIFA, est Budweiser. Qui a donc l'exclusivité à l'intérieur des stades et même autour, sans que je puisse, excusez-moi, vous préciser le rayon au sein duquel il est interdit de consommer une autre marque de bière.
Et à la FIFA, on ne badine pas avec ça. Les sponsors, c'est 1 milliard de dollars pour la coupe du monde. Et la FIFA aime l'argent. Ses dirigeants font d'ailleurs l'objet d'une enquête diligentée par un juge suisse pour corruption et détournement de fonds. Eh oui, la morale de la FIFA est à géométrie variable, son principe étant de s'adapter afin que tombent les fonds.
Sa richesse d'ailleurs lui assure des pouvoirs régaliens réservés aux seuls Etats, dans la mesure où elle est capable de procéder à des arrestations et à des interrogatoires, ou plutôt de réquisitionner les forces de l'ordre locales pourle faire à sa place. Car la FIFA c'est un peu comme le coucou ou autre parasite : ça ne produit rien mais ça empoche le pognon des autres et ça vit sur la bête. Les Sud-Africains, le peuple du moins, ne verra pas vraiment les retombées de l'événement, bien au contraire. Produits locaux interdits puisque leurs producteurs ne sont pas sponsors officiels, marchés démantelés, expropriations...
La FIFA c'est un véritable Etat, un havre de bonheur pour les membres de cet Etat, tous riches et ne produisant jamais rien, du joueur de base qui n'est là qu'en transit aux dirigeants qui mènent grand train. On est loin, en effet, du temps où ces fédérations internationales ou encore le comité olympique international étaient des mendiants et pleuraient pour qu'on veuille bien accueillir leurs manifestations. Maintenant, il faut payer pour avoir l'honneur de les accueillir et accepter leurs diktats. Vive le sport !

Pour en revenir à nos supportrices, parmi lesquelles deux vraies néerlandaises, elles ont été entendues pendant 3 heures avant d'être relâchées. Mais effectivement je comprends que les interrogateurs aient eu du mal à les relâcher. Au passage nous pouvons féliciter Bavaria pour  le choix de ses supports publicitaires. Au grand dam des autorités hollandaises et malgré leurs véhémentes protestations, les deux ressortissantes des Pays-Bas ont été de nouveau arrêtées hier et doivent comparaitre devant un tribunal.
Quel juge sera assez cruel pour faire des misères à ça ?


5 commentaires:

  1. Bonjour Expat
    Benette, j'y croyais encore!
    Maintenant, avec mon mauvais esprit légendaire, je me demande si les entraîneurs ne sont pas à la botte dans leur choix d'orga des équipes
    Le notre, le vénérable, ayant l'air particulièrement ensuqué lors des conf...attend t il les ordres?
    Et puis l'Espagne rendue contre les bouffeurs de raclette, là on reste sur le cul!...bizarre

    aujourd'hui je jacte comme un soudard

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Cimabue,
    il y a belle lurette que je ne me fais plus aucune illusion sur le sport. Il y a une quinzaine d'année, j'ai fait une étude assez fouillée dans le cadre universitaire sur l'athlétisme, un sport qui à première vue ne draine pas trop d'argent. Et j'ai interrogé beaucoup de monde, des athlètes de tous les niveaux, du coureur du dimanche au champion de France, des entraineurs, le président de la FFA, et aussi des hommes politiques car ils sont dans le coup, notamment au niveau local quand il s'agit de fournir des emplois fictifs dans les conseils généraux ou régionaux aux athlètes de haut niveau, qui sont par ailleurs du consommable. De fait, et puisqu'on peut parler comme des soudards aujourd'hui, j'en suis tombé sur le cul. Le seul moteur du sport, c'est l'argent.

    RépondreSupprimer
  3. Moi c'est le "rayon" des "seins" de ces jeunes femmes qui m'occupe l'esprit. Quant à la vénalité actuelle du sport, mon GPère Maternel a introduit le Foot à Dunkerque (le stade porte son nom : Marcel Tribut le bien nommé)il est resté président de club jusqu'au jour où "on" a voulu professionaliser la petite équipe de la ville, car il prétendait que l'argent en poluerait l'esprit. Il ne s'est pas trop trompé... 'un pt de vue général.

    RépondreSupprimer
  4. C'est comme le cochon, tout est bon.

    On ne peut plus dire que l'argent pollue le sport car maintenant l'un et l'autre sont indissociables. Il faudrait refaire le chemin à l'envers, passer du sport à l'activité physique. Mais trop tard.
    Au passage je remarque que nos divers de l'équipe de France de foot, mais on devrait leur interdire de se prévaloir de la France à ces zozos, ont fait fort contre une équipe soi-disant aux confins du classement mondial.
    Mais finalement je suis content, parce que au moins la France n'apparaitra plus représentée par ces tristes sires qui pourront retourner à leurs putes prématurément.
    Je voulais écrire un truc là-dessus aujourd'hui, mais la mort d Bigeard m'a fait changer de plan.

    RépondreSupprimer