"En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux." Chateaubriand

lundi 9 avril 2012

Hollande, les banlieues et Dati


Voilà donc que le petit père Hollande, voyant ses probabilités d'être élu président de la république fondre à mesure que chaque jour passe, a eu l'idée subite d'aller chercher les voix des "populations défavorisées" des banlieues. Populations laissées pour compte, parait-il, alors que 45 milliards d'euros leur ont été consacrés en grande partie pour essentiellement la rénovation de leur environnement puisque quasiment tout le monde, les populations elles-mêmes, les sociologues et tous les spécialistes pointaient du doigt un environnement pourri cause de tous les maux. Car évidemment personne ne se risquerait à mettre en cause certaines parties de cette population banlieusarde. Personne n'oserait se demander pourquoi les banlieues sont d'une part dans un état lamentable, et d'autre part, pourquoi elle ne peuvent constituer des lieux de vie acceptable, pourquoi elles sont désertées par justement ce qui pourrait y apporter la vie, une certaine animation, par exemple les commerces, les lieux de culture ou de loisirs.
Pour qui a un peu voyagé en Europe, certaines comparaisons peuvent être faites. Par exemple ici, à Saint-Pétersbourg, des banlieues existent également, et l'habitat n'est pas spécialement de meilleure facture qu'en France. Je dirai même qu'il lui ressemble étrangement pour le meilleur et pour le pire. Reste qu'il existe une différence fondamentale : les immeubles ne sont pas dégradés, les commerces sont nombreux, ainsi que les lieux de loisirs; les moyens de transport en commun sont relativement nombreux, mais ni caillassés, ni tagués. Et on peut même s'y promener seul sans crever de peur si on n'a pas la religion majoritaire du coin, ou, pour les filles, en mini-jupe. A partir de là on peut peut-être émettre d'autres hypothèses quant à la cause du malaise des banlieues. Mais ce n'est pas le sujet que je voulais développer ici. Je ferme donc cette parenthèse malencontreusement ouverte.
 
En fait je voulais parler d'une petite phrase prononcée par Hollande lors de sa chasse à l'électorat banlieusard, une phrase qui reflète très bien ce que j'indiquais dans le précédent billet à savoir qu'en démocratie toutes les voix se valent, qu'elles appartiennent à des gens de culture médiocre, voire nulle, ou à un énarque. Hollande brillant énarque ayant bien compris ça ne se prive donc pas d'aller à la chasse aux voix de gens qu'il considère certainement comme des abrutis de première. Il a déclaré en effet : "Les banlieues n'attendent pas un plan Marshall - d'ailleurs elles ne savent même pas qui était George Marshall - mais de la considération, du respect et des politiques durables". Et vlan, prends-toi ça dans les dents, banlieusard abruti! Marshall, toi pas connaitre.
C'est un peu de cette façon que Dati juge la chose dans un communiqué qu'elle intitule "Vous pas connaître Monsieur Marshall".
 
C'est d'ailleurs pour cela que je me réfère à elle dans le titre de ce billet. Car pour une fois qu'elle n'utilise pas son temps médiatique pour insulter Fillon et qu'au contraire elle se décide à cogner sur la "bonne" personne et de façon justifiée, il fallait le noter. On remarquera au passage que cette petite phrase, si elle avait été prononcée par Sarkozy aurait sans doute fait la une de tous les journaux, dans le souci de démontrer le profond mépris dans lequel le président tient les banlieues depuis des années. Quand il s'agit de Hollande, silence radio!
On pourra donc remercier Rachida Dati d'avoir de son côté noté le mépris véritable du candidat Hollande pour ces illettrés de banlieue qui ne savent même pas qui est le général Marshall. Et sans doute qui il y a quelques mois encore ignoraient qui était Hollande, sauf peut-être certains qui avaient identifié le " gros bouffon" qui dirigeait le PS dans le temps. D'ailleurs savaient-il également quelque chose du PS, ces banlieusards ignares. Car une visite avant chaque présidentielle ou législative et absolument rien entre les deux, ça n'aide pas vraiment à faire connaissance. D'autant plus qu'on a quand même un peu de mal à se souvenir de ce que fit pour les banlieues le PS quand il était aux affaires. Oui, car il le fut bonnes gens, même si vous ne vous en êtes jamais rendu compte dans votre quotidien. Et non, ce n'est pas la gauche au pouvoir qui a déversé sur vous 45 milliards d'euros pour améliorer votre environnement. Mais cela il parait que ce n'est rien. Il parait même que Hollande s'il est élu fera bien davantage. Il n'y aura certes pas de plan Marshall, ça vous apprendra à ne pas savoir qui c'était ce Marshall, donc pas de pognon, mais, mais il y aura à la place du respect. De qui? Ça on verra plus tard. Mais certainement pas de celui qui vient vous flatter en vous en manquant. Et puis il y aura le droit de vote des étrangers aux élections locales, car sans doute pour Hollande, banlieue signifie-t-il parc à étrangers. Faut dire que ce n'est pas sa longue fréquentation des lieux qui aura pu lui apporter un démenti. Et puis quoi encore? Ah, oui, une priorité pour les emplois jeunes aidés. En fait un renforcement de l'assistanat. Car c'est bien connu, l'indigence intellectuelle ne peut guère être corrigée quand elle atteint un certain degré que par l'assistanat.
Enfin dans l'ensemble, si on considère ces déclarations du candidat PS, on peut déjà être d'ores et déjà persuadé que rien de concret, et surtout d'intelligent, ne se fera pour les banlieues. Comme d'habitude avec la gauche. Quand on est au pouvoir, on ne fait rien pour elles, quand on n'y est plus, on les instrumentalise.
 
J'en reviens aux réactions de Dati. Celle-ci déclare : "Il faut un culot monstre, pour celui qui faisait partie du système PS déjà il y a 30 ans, pour revenir sur les lieux de leur lâcheté. Là où la gauche a cruellement abandonné leurs habitants, qu'ils ont toujours considérés comme des citoyens de seconde zone". Ce qui rejoint effectivement ce que j'écris au-dessus. Donc là rien à ajouter.
Elle poursuit : "Comble du mépris, estimant qu'un "plan Marshall" n'est pas nécessaire dans nos banlieues, François Hollande affirme que leurs habitants ne savent pas qui est M. Marshall. Ils vont à l'école, M. Hollande! Ils ont le même programme d'histoire que vos enfants, ne vous en déplaise!". Et là évidemment je me permets une nuance. Car si effectivement les enfants de Hollande et de son ex, déjà installée virtuellement au perchoir (puisque les postes sont déjà distribués), on dû suivre une scolarité donc le programme était celui applicable aux écoles de la République, il est certain que ces derniers n'ont certainement pas fréquenté des établissements du même type que la majorité des enfants des banlieusards auxquels s'adresse le candidat PS. Parce que ces gens-là, non seulement ne sont pas bêtes comme les banlieusards (car eux savent qui était le général Marshall), donc ils connaissent très bien l'état de l'école publique, surtout dans la mesure où ils ont largement participé à son déclin, mais en plus ils ont amplement les moyens d'éviter à leurs enfants de s'user leurs fonds de culottes sur les bancs de cette école publique dont par contre ils ne cessent et ne cesseront de vanter les mérites. Leur richesse leur permet bien évidemment de faire échapper leurs enfants aux indigences de l'éducation nationale en leur offrant les meilleures écoles privées. Mais ne vous inquiétez pas, ils oseront tout de même vous parler sans rougir d'égalité, et même de parvenir à vous faire croire que les causes de votre malheur sont ces riches dont ils partagent les tables des meilleurs restaurants parisiens
 
Mais peut-être que finalement l'abstention généralement forte des banlieusards aux élections signifie qu'ils sont moins idiots que le suppose Hollande.



 

9 commentaires:

  1. Bonjour expat
    Assez amusant en effet ce type de déclaration
    Déjà le plan marshall est venu après un conflit,et quel conflit,avait des sous entendus de relèvement de l'Europe de l'ouest à genoux après tant d'années de guerre (muscu économique et militaire obligatoire , sus aux cocos :-)) mais aussi des contreparties, dont cette fameuse histoire des quotas de films américains obligatoires dans les cinés français , pas non plus des mécènes ou des philanthropes les sammies, oseille oseille..... et intérêts stratégiques
    Le conflit, on y est dans pas si longtemps, mais intra muros, pas les fridolins qui vont venir nous panzerizer,ça nous changera :-)
    Il est certain que nos politiques ne vivent pas dans des zep, faut arrêter ce genre de blague, leurs tétards vont plutôt à louis le grand ou henry 4..... faire leur prépa( s'ils ne sont pas trop nuls quand même...)
    Amusant ce besoin de compassion et d'identification que nous montrent certains candidats, toujours au même moment...nous prennent pour des buses, incroyable, mais cela prend encore chez certains
    Ce sujet des banlieues, véritables dépotoirs fréquemment , ont évidemment d'autres causes que celles que l'on nous vend, les milliards ne compensent pas entre autre un véritable manque d'éducation de la part des parents et un manque d'autorité de l'état, on a laissé couler depuis longtemps, remonter un tel décalage,car au final c'est ça,2 pays en un seul fouuuuuuu,mazette, ça me paraît bien ardu
    Le jour où tout fait boum sans garantie de limites, ça s'appelle une guerre civile je crois.....
    Vous avez raison expat, ce candidat est un fantôme en propositions, en actes depuis des années( voir le ps....) et en présence, il est transparent maigrichon,c'est ça le messie annoncé, misère , pas plus excitant dans les autres boutiques, d'un ennui général, je ne suis plus vraiment, inintéressant à un point !!!!on pourrait en rire, mais la pause va s'interrompre et tout va être beaucoup moins amusant, terminée la récré,on redescend sur terre et ça va pleurer, énormément, l'évidence....
    mais bon expat,Je préfère aller taquiner la palourde ,ça tombe bien, on a des marées maousses

    RépondreSupprimer
  2. Mon billet que pas mal de monde connaît le plan Marshall, même si ce n'est pas par le menu, ce mot claque en République assez souvent
    Qui stigmatise vraiment ces habitants de l'autre côté du périf? NS qui en 2005 promet le karsher à la racaille qui emmerde tout le monde, ou ces bobos qui passent en chuchotant comme on visite un malade?
    La droite sait chausser les rangers, la gauche en pantoufle cautionne l'échec par un devoir de repentance pour un social discriminatoire, on mesurera la réussite vaillante d'un Tapie qui avait séduit Mitterrand heureux de trouver un soldat du feu des banlieues, même ce fonceur n'a réussi qu'à donner des cours de foot entre les tours
    avec toujours la complicité des médias à l'affût des outrances de langages supposées à droite et un béni oui oui qui n'entend rien à gauche

    le principal problème des banlieues est que leur espoir de survie réside dans le service à la métropole, entretien, restauration, petits métiers dans les hopitaux,et la métropole est ravie de main d'oeuvre à pas cher, peu politisée

    je n'ai pas la solution, je sais qu'on a tout essayé soit disant....

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir à tous deux,
    beaucoup de bon sens dans vos commentaires.

    Le thème des banlieues ressurgit à chaque élection. Sans que personne n'ose porter de diagnostic. Donc entre deux consultations, on continuera à déplorer les violences, les zones de non-droit et tout le reste. Avec parfois une émeute qui en présage peut-être et même sans doute si certaines choses ne sont pas corrigées, une véritable guérilla urbaine.

    Car les banlieues,si on n'y touche pas vraiment, même si on y balance des milliards pour pas beaucoup de résultats, voire pas du tout, c'est parce qu'elles représentent un enjeu idéologique. Pour les uns elles seraient notre part d'ombre subsistante qui ferait qu'après la colonisation et autres horreurs que nous aurions fait subir aux autres peuples, nous continuerions à maltraiter les habitants issus de ces mêmes peuples. Au passage personne ne se demande parmi les tenants de cette idéologie pourquoi les asiatiques ne semblent pas concernés par ce rejet de la part des Français blancs. ce qui m'amène aux tenants d'une autre position, ceux qui pensent, et sans doute avec raison que les problèmes des banlieues sont la conséquence logique d'une mauvaise maitrise de l'immigration et du refus de s'intégrer de la part d'un échantillon significatif des habitants de ces endroits. Evidemment ces deux angles n'impliquent pas les mêmes solutions.

    Le premier, vison de gauche typique, n'en offre aucune sinon l'assistanat pour compenser les malheurs que fait subir le racisme des autochtones. On plaint donc les banlieusards, on invite les salauds de blancs à les respecter. Enfin bref, on les enferme dans la position de victimes auxquelles on est redevable.

    Le second angle, c'est d'abord séparer le bon grain de l'ivraie. Passer le karcher, comme disait l'autre sans pour autant le faire. Et ensuite mener une vraie politique d'assimilation. Et faire de ces gens des responsables qui n'auront que ce qu'ils mériteront, pas plus mais pas moins non plus. Evidemment c'est plus difficile à réaliser que le truc précédent qui finalement ne demande que du pognon mais peu d'efforts, et surtout pas de la part des intéressés. Et en plus, bien évidemment ce sera critiqué :stigmatisation, islamophobie, néocolonialisme (chez soi!) et tout ces termes qui remplissent la gueule des bienpensants. Mais qui pourtant ont un impact, parviennent à force d'avoir inculqué la repentance à ce peuple, à force de lui avoir appris à se haïr, à faire reculer les meilleurs volontés.

    Donc on est pas sorti. on connait les mauvaises solutions (la victimisation et l'assistanat) mais les bonnes seront difficiles à mettre en œuvre.

    RépondreSupprimer
  4. Re expat et merci de parler de nos compatriotes d'origine asiatique
    Je suis complètement passé à côté et je m'en veux presque, moi qui suis depuis toujours passionné par l'asie, principalement les pays qui constituaient nôtre ex indo( en plus schoenderffer qui nous a quitté il y a peu, le syndrome du crabe tambour me guette :-) ),ainsi que l'indonésie( mon père a dû me refiler aussi ce virus, il y a bossé en 1965, lui qui avait mis les bouts de l'aéro suite à la trahison de l'affaire algérienne, il tombe dans ce pays magnifique mais en pleine guerre civile, 1 million de morts environ, la série poissarde....)
    J'ai bossé 2 étés rue de tolbiac durant mes études,en plein quartier dit "chinois ",à l'époque plutôt une grande majorité de gens d'origine vietnamienne ou natifs du cambodge, un quartier populaire et extra, très très calme, aucun problème ,des gens formidables !!!
    Pourquoi un tel calme et aussi peu d'incivilités ????? Une part du problème est implicitement dans ma question...... mais interdiction de traiter ce sujet sous cet angle, très très mal vu

    RépondreSupprimer
  5. les asiatiques, de cousins en beaux frères et neuveux ont monté un empire à Aubervilliers,qui s'en chagrine? tout le monde y trouve son compte et les Wang règnent sur nos nems et canard laqué
    on a bien failli pâtir des raviolis clandestins en sous sol, quelques esclaves aussi ont du être secourus, entravés aux machines à coudre....
    la différence est que ces migrants ont choisi leur lieu de prospérité avec un projet de forcenés du commerce

    ailleurs, on est resté par force, on a vu les plus nantis ou les plus exaspérés partir, le couscous de Momo ou le poulet au manioc de Abdallah n'a pas fait prospérité, pourtant je rêve de pouvoir en manger chaque jour!
    on s'est replié dans la choucroute halal et le matin quand on retrouve ça bagnole intacte on est content
    il y a aussi des coins de banlieues heureux et paisibles, les médias préfèrent la peur des bandes, le mythe du barbare a de la résistance et en plus il viendrait jusqu'à Neuilly non pas pour s'y installer mais pour punir la France de ses pêchers

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour cimabue
    Vous voulez parler de tang frères je suppose, une belle réussite en effet, plus gros importateur de produits asiatiques en Europe il me semble, ils ont la bosse du commerce à l'évidence....
    Il est certain qu'underground, il y a des activités assez peu légales voir inavouables au sein de cette communauté, est ce la rançon à payer pour que le calme règne ???
    je sais, car certains d'entre eux m'en avaient parlé, qu'ils faisaient "un peu " leur propre police,les fouteurs de merde ne sont pas les bienvenus chez eux, et au final ça me paraît réglo et ne me pose aucun problème
    Mais ce sont des gens dont on ne parle que très peu, j'en suis bien triste d'ailleurs, et de gros bosseurs
    Tout ceci ne change rien à mon point de vue.à leur égard , j'ai beaucoup d'affinités avec ces concitoyens que j'apprécie énormément

    RépondreSupprimer
  7. Salut expat
    Juste une donnée de la plus haute importance concernant cette non campagne, un fait essentiel que je viens de voir aux infos sur canal, preuve que cela va avoir un impact décisif: joly vient de changer de lunettes !!!! Du rouge elle passe au vert !!!! Je sens venir un de ces tsunamis politiques, énorme..... :-)
    Je pense qu'ils vont relayer l'info sur cnn ou foxnews...... désolé.....

    RépondreSupprimer
  8. Salut JJ,
    elle va enfin démarrer une campagne écolo alors. Car jq'à présent ça ressemblait davantage à du coco.

    J'ai habité pendant 9 ans pas très loin, à vol d'oiseau du quartier chinois que je fréquentais assez régulièrement, pour faire des courses chez Tang, en particulier. C'est vrai que le quartier est calme et que la police y est discrète. Quelques légendes (?) d'ailleurs circulaient sur des disparitions d'individus typés, dirons-nous, qui aurait tenté de troubler la sérénité des lieux.

    RépondreSupprimer